Un prix ancré dans l’activité économique

<<

La qualité et la diversité des ouvrages proposés par les candidats démontrent toute la

pertinence du Prix Vogel de droit économique. L’excellence des travaux présentés lors de cette première édition a été soulignée par le Jury qui reconnaît que le Prix Vogel place d’ores et déjà la barre très haut.

<<

Louis Vogel

L'édition 2013 du Prix Vogel
de droit économique

• 25 candidatures sélectionnées par le jury (voir la composition du jury 2013)

• 29 participants, de 9 nationalités (canadienne, turque, belge, française, hongroise, grecque, libanaise, franco-espagnole, belgo-libanaise)

• 18 thèses et 7 ouvrages, dont 22 en langue française et 3 en langue anglaise

• un Lauréat, Ejan MacKaay, pour son ouvrage "Law and Economics for Civil Law Systems"

• 3 nominés, Jérôme Chacornac, pour sa thèse "Essai sur les fonctions de l’information en droit des instruments financiers", Nathalie Picod, pour sa thèse, "La remise de dette en droit privé", Delphine Rooz, pour sa thèse "L'intégration du droit de l'Union européenne au sein du droit français des contrats",

• un coup de coeur, à MM. Christian Montet et Florent Venayre, co-auteurs de l’ouvrage "La concurrence à Tahiti : une utopie ?".

« Un prix qui réduit la coupure

entre théorie et pratique juridique »

 

Pourquoi avoir participé au Prix Vogel 2013 ?

 

Au milieu du siècle dernier, la culture française avait pour moi une image de haut lieu. Je les retrouve aujourd'hui dans le libellé même du Prix Vogel : originalité et ouverture, quête de l'excellence au niveau mondial, attachement, fierté même, de la culture juridique française. Ces valeurs me semblent refléter ce qu'il y a de plus noble dans la culture française, juridique et autre. Ce sont aussi celles que j'ai cherché à poursuivre tout au long de ma carrière.

 

Pourquoi une analyse économique du droit ?

 

L'analyse économique du droit lie la pratique du droit à la théorie...

 

Lire la suite

Entretien avec Ejan Mackaay

Lauréat 2013